Ses origines

Lucien Bégule (1848 - 1935) vient d'une famille bourgeoise au passé agité.
Ce passé est déterminant dans la force et la puissance future du personnage.
Il faut remonter à la Révolution pour comprendre l'évolution de cette famille pour qui l'art est un moteur.
Jean-Marie Joseph Bégule (grand-père de Lucien 1767 / 1850) s'engage aux côtés des muscadins, et en octobre 1793, il est arrêté dans les bois de Charbonnières.


Condamné à la guillotine place des Terreaux, il est sauvé grâce à l'intervention du procureur, ami de son père.

Quelques années plus tard, fortune faite, il prête une grosse somme à son ami Georges Peillon qui a pour but de faire fortune dans la culture de la canne à sucre à Saint Yago de Cuba.
En 1828, il envois son fils Georges (1805 / 1882 futur père de Lucien) récupérer l'argent à Cuba.

Au terme d'une traversée où il fallait affronter les caprices d'un océan mal connu à bord du paquebot à voile "le Rhône"exposé aux poursuites des corsaires, il débarque à New York et rejoint Cuba.

Là, il découvre la vie de l'hacienda et se met à "croquer" les scènes d'une vie qui le dépasse : paysage, torture, salle de bal, cultures, l'infirmerie et se transforme petit à petit en ethnologue et botaniste.


Au fil du temps, il tombe amoureux de la fille de Georges Peillon, Stéphanie, avec qui il reviendra sans un sou, car Peillon n'a pas fait fortune.
En 1829, de retour à Lyon, Georges devient commissaire-priseur, il se marie avec Stéphanie cette même année.
En 1842, Georges achète la propriété de St. Genis Laval et la revendra en 1862.
Lucien y viendra au monde en 1848.
Son père Joseph mourra deux ans plus tard en 1850.

La jeunesse de Lucien est un parcours dans un strict environnement à la fois religieux et artistique, ce qui définira sa construction future.
A huit ans, les volumes de l'histoire de France par Hugo était le livre de chevet du petit Lucien qui recopiait les gravures de la monarchie française, ce qui attisait une prédilection précoce pour le moyen âge.


A 9 ans, il entre au pensionnat Blanc à La Mulatière.

A quinze ans, il entre au collège jésuite de Mongré réputé alors pour la formation d’individus de "haute valeur morale et intellectuelle "
C'est là qu'avec le professeur de chimie, Lucien fait ses premières armes comme photographe : 20 à 30 secondes de pose en plein jour!
Il devient un photographe averti, membre du Photo-Club de Lyon , et cultive des relations personnelles avec les Frères Lumière, il se tient à la pointe du progrès en matière photographique, révélant ainsi son goût pour les nouvelles techniques.

Son père Georges achète en 1863 la propriété de Choulans où son ami architecte Fusy construit la demeure familiale.
Quelques années plus tard Lucien obtiendra de ses parents l'autorisation d'y construire un atelier
Vue d'ensemble de la propriété
Georges mourra en 1882 au tout début de l'activité de l'atelier.

Conception du site :
Site created by :
Sunnymouse